Négociations des unités urbaine et rurale

Partager

Unité urbaine et unité rurale -  Négociations 2015-2016

 

4 façons d’appuyer le STTP


  1. Posez une affiche « J’appuie le STTP » ou « J’(cœur) les travailleurs et travailleuses des postes » dans votre fenêtre ou sur votre boîte aux lettres. Pour télécharger une affiche, visitez le site : http://www.sttp.ca/fr/campaign/resources/t%C3%A9l%C3%A9charger-et-imprimer-les-affiches-de-soutien-au-sttp


  2. Répondez aux articles de journaux et aux articles publiés en ligne, et exprimez-vous dans le cadre des émissions-débats à la radio. Affichez et partagez les communications du STTP sur les réseaux sociaux et auprès de vos autres contacts en ligne.


  3. Communiquez avec le premier ministre et la ministre de la Condition féminine pour les inciter à respecter leur engagement en matière d’égalité entre les hommes et les femmes. Demandez-leur d’exiger de Postes Canada qu’elle verse aux factrices et facteurs ruraux et suburbains (groupe composé de femmes dans une proportion de 70 %) le même salaire que celui auquel ont droit les factrices et facteurs urbains (groupe composé d’hommes dans une proportion de 68 %) étant donné que les deux groupes de travailleurs et travailleuses font un travail pour ainsi dire identique.


  4. Communiquez avec le président de Postes Canada, Deepak Chopra, et encouragez-le à laisser tomber ses demandes de concessions. Dites-lui de commencer à négocier.

Depuis près de vingt ans, Postes Canada est une société d’État rentable, et pour souligner sa réussite, elle tente d’obtenir encore plus de concessions de la part des travailleurs et travailleuses, ceux et celles qui lui ont permis d’atteindre cette rentabilité. L’offre qu’elle nous a remise ne fait qu’affirmer encore davantage ses exigences en matière de réduction des coûts à nos dépens.  

Un service public rentable ne doit pas s’en prendre aux normes de travail. Postes Canada refuse de corriger les écarts flagrants entre les membres de l’unité urbaine et ceux de l’unité rurale. Elle tente plutôt de diviser pour régner en demandant à la génération actuelle de travailleurs et travailleuses des postes d’accepter des reculs qui toucheront les générations à venir et de réduire ainsi la qualité de vie de nos enfants.    

Nous avons fait plus que notre part en matière de souplesse, et nous proposons depuis longtemps à Postes Canada des façons de s’adapter aux changements d’époque et aux besoins qui évoluent dans le temps. Il semble toutefois qu’elle ne soit pas prête à voir l’examen de son mandat se dérouler sans ingérence de sa part, et elle présente plutôt des exigences strictes visant à provoquer un conflit de travail.