Le STTP souligne le Mois de l’histoire des Noirs

Partager

Vendredi 29 Janvier 2016
2015-2019/073

Cette année, l’affiche du STTP met en vedette Africville, une petite collectivité rurale, située tout près de Halifax, en Nouvelle-Écosse. Au départ, Africville a été construit par des Noirs qui fuyaient l’esclavage et la persécution aux États-Unis. MalheLe mois de février, Mois de l’histoire des Noirs, est un temps de réflexion sur l’histoire, l’expérience et les réalisations de la communauté noire du Canada et du Québec. Chaque année, en février, le STTP encourage ses membres à en apprendre davantage sur le patrimoine, les traditions et la culture afro-canadienne et à les mettre en valeur.

Africville : un exemple de résistance face au racisme

Cette année, l’affiche du STTP met en vedette Africville, une petite collectivité rurale, située tout près de Halifax, en Nouvelle-Écosse. Au départ, Africville a été construit par des Noirs qui fuyaient l’esclavage et la persécution aux États-Unis. Malheureusement, ses résidents ont continué de faire l’objet de racisme, ici-même, au Canada. Faut-il s’en étonner? 

À l’époque, les autorités municipales de Halifax, censées s’occuper des services publics comme l’entretien des routes, les services sanitaires, les services d’aqueduc et d’égout, l’électricité et l’éclairage des rues, ont fait preuve de mépris à l’endroit des habitants d’Africville, dont les protestations et les supplications sont restées sans réponse. La Ville de Halifax a ensuite choisi Africville pour y installer son abattoir, son dépotoir à matières fécales, sa décharge municipale, sa prison et son hôpital des maladies infectieuses.  

Malgré la maladie et la pauvreté, résultat de toute cette négligence à son endroit, Africville est quand même devenu un endroit animé et florissant où évoluaient musiciens, artistes et même une équipe de hockey gagnante de championnats (Africville Seasides).

Au lieu de corriger la situation, la Ville de Halifax a décidé de condamner Africville, déplaçant l’ensemble de ses habitants, dont bon nombre à bord de camions à ordures, et rasant les habitations. Bien des années plus tard, la Ville a finalement présenté des excuses pour cette terrible violation des droits fondamentaux des habitants d’Africville et de leur dignité. 

Africville : la résistance en héritage

Africville est devenu un symbole incontournable de l’identité noire au Canada et de la lutte contre le racisme systémique. La négligence, les stéréotypes et le refus de fournir des services et d’accorder des possibilités aux populations racialisées sont des formes de racisme structurel qui nous font des ravages encore aujourd’hui. Il existe un lien direct entre la vitalité sans cesse croissante du mouvement « Black Lives Matter » et la dénonciation, par les habitants d’Africville, de leurs conditions de vie pitoyables.  

Ce que vous pouvez faire

Lisez et diffusez notre affiche. Prenez part aux activités organisées dans le cadre du Mois de l’histoire des Noirs.  

La lutte contre le racisme et pour l’inclusion, ça nous concerne tous et toutes.

Solidarité, 

Jan Simpson
1ere vice-présidente nationale