Fin de la conversion aux BPCOM : nouvelles possibilités

Partager

Vendredi 2 Février 2018
2015-2019/310

L’examen de Postes Canada, entrepris par le gouvernement fédéral en 2016, a pris fin la semaine dernière avec l’annonce, par Carla Qualtrough, ministre des Services publics et de l’Approvisionnement, d’une vision d’avenir du service postal. La ministre a indiqué que cette vision consistait à mettre le service à la population au cœur du nouveau mandat de la Société canadienne des postes (SCP).

Nous avons toujours défendu l’expansion et l’amélioration des services postaux. Par conséquent, même si l’annonce nous réservait des déceptions, elle  contient quelques bonnes nouvelles.

Arrêt définitif de la conversion de la livraison à domicile en livraison aux boîtes postales communautaires (BPCOM)

Premièrement, il nous faut reconnaître que plus de quatre millions de ménages sont maintenant assurés de continuer de recevoir leur courrier à domicile. Nous devons en remercier nos alliés et les personnes qui nous soutiennent. Grâce à leur appui, nous avons pu faire de la réduction du service postal un enjeu des élections de 2015 et forcer les libéraux à promettre d’y mettre fin.

Il est à noter que cette victoire a également permis de sauvegarder quelque 4 000 emplois.  Il y a de quoi être fier.

Par contre, toujours en 2015,  les libéraux avaient également promis de rétablir la livraison à domicile. Or, selon l’annonce, c’est une autre promesse brisée. Nous allons continuer de lutter pour faire rétablir la livraison à domicile aux 840 000 ménages qui ont perdu ce service, mais nous constatons que le gouvernement fédéral ne va pas agir de manière décisive à ce sujet. Nous devrons poursuivre cette lutte dans le cadre de nos négociations avec la SCP.

Le gouvernement refuse d’intervenir dans d’importants dossiers

L’annonce de la ministre ne mentionne aucune intervention directe dans d’autres dossiers importants auxquels nous travaillons. Nous allons donc continuer de collaborer avec nos alliés dans les collectivités pour apporter des changements à Postes Canada.  Il ne faut pas abandonner la partie.

Ayant anticipé que le gouvernement refuserait d’intervenir dans de nombreux dossiers importants,  nous avons présenté, dans le cadre des négociations avec la SCP, des revendications visant à élargir les services, à diversifier les revenus, à contrer les changements climatiques, à favoriser la création d’une banque postale et à rétablir la livraison à domicile.

Le nouveau mandat laisse la porte ouverte à la création d’une banque postale et à l’expansion des services. Nous espérons que, conformément à la recommandation de la ministre,  la direction et les négociateurs de la SCP examinent sérieusement la possibilité de diversifier les services et les revenus.

Nous devrions savoir bientôt ce que les nouveaux président‑directeur général et conseil d’administration nous réservent. Entretemps, nous continuerons de promouvoir notre vision du service postal public au cours des négociations avec Postes Canada.

 

Solidarité,

Mike Palecek
Président national