NON au budget Harper, OUI à une société juste et équitable

Partager

Mercredi 4 Avril 2012
2011-2015/041

Il y a maintenant une semaine que le budget fédéral a été présenté et nous n’en revenons toujours pas de l’ampleur des changements proposés. Nous avons devant nous un budget purement idéologique et politique, dominé par l’obsession néolibérale, à savoir « tout pour l’entreprise ».

Pour le gouvernement Harper, l’État doit être réduit au minimum, servir uniquement à assurer les services de base aux citoyens et éliminer toutes les entraves au commerce et aux affaires. Et tant pis si tout cela se fait au mépris de la santé des gens, de l’environnement, de la culture et des moins bien nantis de la société.

 

Les fonds de pensions ciblés

Les cibles de ce gouvernement sont toujours les mêmes : salaires, avantages sociaux et fonds de pension. Et le dernier budget ne fait pas exception. L’âge pour recevoir  la pension de la sécurité de la vieillesse passe de 65 à 67 ans. Et qui sera touché? Les gagne-petit et principalement les femmes. Ce gouvernement coupe partout, mais investit aveuglément dans le domaine militaire.

Les fonctionnaires fédéraux devront progressivement augmenter à 50 % les cotisations qu’ils versent à leur fonds de pension. Quant aux nouveaux employés, ils devront attendre d’avoir 65 ans avant de prendre une retraite sans pénalité. Le gouvernement devra aussi discuter avec les sociétés d’État, comme Postes Canada, pour voir comment il appliquera ce modèle partout. Nous devrons donc surveiller de près le gouvernement.

Pourtant, la solution aux réalités liées à la retraite est toute simple : doubler les paiements du régime de pension du Canada/RRQ, qui est un programme universel. C’est la solution avancée par le mouvement syndical depuis plus de deux ans maintenant. Le gouvernement Harper fait la sourde oreille parce qu’il veut favoriser les biens nantis d’abord et avant tout. Le mouvement syndical exige la tenue d’un sommet national sur le sujet.

 

Le 1er mai prochain, nous devons descendre dans la rue

Nous devons nous opposer vigoureusement aux actions du gouvernement. C’est pourquoi le Syndicat appelle ses membres à manifester publiquement leur opposition aux mesures antisociales du gouvernement Harper, le 1er mai prochain, Fête internationale des travailleuses et travailleurs. Ce gouvernement bafoue les droits fondamentaux des citoyens et des citoyennes de la même façon qu’il a attaqué notre droit de grève l’an dernier.

Nous désirons une société juste et équitable. Le 1er mai, faisons-le savoir au 1%.

Nous faisons partie des

Solidarité,
Denis Lemelin
Président national (2008-2015)