Une victoire pour la campagne BDS : Air Canada met fin à son plus important contrat Avec Israel Aerospace Industries (IAI)

Partager

Mercredi 8 Novembre 2017
2015-2019/281

Air Canada vient de mettre fin à son contrat avec IAI pour l’entretien de ses avions B767. Cette décision est directement attribuable à la campagne lancée il y a plusieurs mois par la Coalition canadienne pour le boycott, le désinvestissement et les sanctions (BDS) pour forcer Air Canada à terminer sa relation d’affaires avec IAI. Même si Air Canada maintient des contrats de moindre importance avec IAI, c’est une victoire importante pour le mouvement BDS.

 

QUI EST IAI?

IAI Ltd est la plus grande entreprise aérospatiale et de défense d’Israël.  Elle est connue mondialement pour le développement de systèmes intégrés de défense par air, espace et mer. Elle se spécialise, entre autres, dans la construction de « drones ». Une lettre ouverte envoyée à la mi-octobre au président directeur général d’Air Canada, Calin Rovinescu, indique ce qui suit :

« Israel Aerospace Industries [IAI] fait l’objet d’un boycott à travers l’Europe pour sa technologie et sa production de drones mortels. IAI a été l’un des premiers développeurs de drones et a lancé son premier drone de surveillance en 1979. Le site web d’IAI affirme que ses drones ont un « record inégalé de plus de 1 200 000 heures de vol opérationnel pour plus de 50 utilisateurs sur cinq continents. »

Une étude de 2014 intitulée « Sleepless in Gaza » par le Dr Atef Abu Saif détaille l’impact terrifiant des attaques de drones sur la bande de Gaza, en particulier sur les enfants : « Depuis leur première utilisation en 2000, les drones ont causé la mort de centaines de Palestiniens et en ont blessé des milliers d’autres. En outre, ils ont eu un impact direct sur la vie psychologique et sociale des Palestiniens et ont eu un impact négatif sur l’éducation. »

En s’associant avec IAI, Air Canada devient complice des crimes de guerre de l’IAI. C’est un tort avéré. »

Le STTP fait partie de la quarantaine d’organisations syndicales et civiles qui ont signé cette lettre.

 

LA CAMPAGNE BDS DOIT SE POURSUIVRE

À son congrès national de 2008, le STTP a adopté la résolution suivante :

« Le Syndicat appuie la campagne internationale appelant à un boycott, à un retrait des investissements et à des sanctions jusqu’à ce que l’État d’Israël satisfasse à son obligation de reconnaître le droit inaliénable du peuple palestinien à l’autodétermination et qu’il se conforme aux préceptes des lois internationales, dont le droit au retour sur leurs terres des réfugiés palestiniens, comme le précise la résolution 194 des Nations Unies. »

Un autre pas vient d’être franchi vers la reconnaissance du peuple palestinien. La campagne BDS donne des résultats concrets. ELLE DOIT SE POURSUIVRE.

Mike Palecek
Président national