1er mai : notre lutte après la COVID-19

Share This

Vendredi 1 Mai 2020
2019-2023/128

Cette année, à l’occasion du 1er mai, Fête internationale des travailleurs et travailleuses, la lutte pour la justice se poursuit. Peu importe notre origine, notre apparence ou notre travail, nous avons droit à la protection de notre santé et de notre sécurité au travail. Nous devons continuer d’exiger des gouvernements et des employeurs qu’ils se comportent de manière responsable sur les plan social et environnemental, et que chaque personne soit traitée avec équité. Nous devons apprendre à vivre ensemble, en mettant l’accent sur le partage équitable, pacifique et écoresponsable des ressources.    

Aujourd’hui, à l’occasion du 1er mai, partout dans le monde, les travailleurs et travailleuses méritent un immense « merci! ». Depuis le début de la pandémie, nous, travailleuses et travailleurs, sommes nombreux à devoir continuer de travailler pour permettre au reste de la population de demeurer à la maison afin d’aplanir la courbe. Nous sommes fiers du travail que nous accomplissons, et nous en comprenons toute la valeur. Cependant, nous ne pouvons pas nier la peur que nous éprouvons pour nos proches, notre entourage et nous-mêmes.      

La pandémie met au jour une vérité troublante : une partie des travailleuses et travailleurs les plus essentiels sont souvent les moins payés et les plus dévalorisés. Notre lutte contre cette dévalorisation systémique doit absolument se poursuivre. Nous ne devons pas laisser la division s’installer entre nous. Il nous faut veiller sans relâche à défendre la place de chaque personne dans la société.   

Peu importe qu’ils travaillent pour Foodora, Amazon, le secteur de la santé, le service postal ou autres, les travailleuses et travailleurs ont toujours été au cœur du développement social. Quel genre de société allons-nous accepter une fois la crise de la COVID-19 terminée? Tous les jours, nous pouvons exiger le changement, et nous devons réfléchir à l’utilisation que nous faisons de notre voix collective. 

Le 1er mai nous rappelle qu’ensemble, nous sommes forts et pouvons changer les choses. Tout système qui permet l’exploitation doit être repensé sur une base d’équité, d’égalité et de durabilité. Nous avons toutes et tous droit à la dignité, à la santé et à la sécurité.

Aujourd’hui, nous nous trouvons à un point tournant : l’atmosphère et l’eau continuent d’être pollués et sacrifiés au nom du profit. En pleine pandémie, nous sommes témoins de gestes de mépris envers la sécurité, la dignité et la vie humaine. Et si nous luttons aujourd’hui, c’est parce que nous savons qu’il est possible de changer la marche du monde.

En ce 1er mai, rappelons-nous de notre valeur intrinsèque. Reprenons contact avec nous-mêmes, les uns avec les autres, et avec la planète. Saisissons cette occasion de créer un monde nouveau et une transition équitable.

Aujourd’hui, nous rendons hommage à tous les travailleurs et travailleuses. Nous espérons qu’ensemble et forts de notre solidarité nous parviendrons à surmonter les obstacles considérables sur notre chemin, comme l’histoire nous a prouvé notre capacité à le faire. Nous espérons un jour pouvoir organiser un véritable rassemblement et célébrer notre liberté collective, d’égal à égal. N’oubliez jamais que nous sommes beaucoup plus nombreux qu’ils le sont.

 

Solidarité,

Jan Simpson
Présidente nationale