Organisation nationale des travailleuses et travailleurs retraités des postes (ONTTRP)

Share This

L’idée d’une organisation qui défendrait les intérêts des travailleuses et des travailleurs retraités des postes existe depuis assez longtemps. Et il y a bien eu une association locale mise sur pied par un groupe de retraités du STTP dans la région du Lower Mainland, en Colombie-Britannique. Néanmoins, pour que naissent des pourparlers sérieux sur l’urgence de créer une organisation nationale de retraités, il aura fallu que le gouvernement conservateur de Stephen Harper menace les régimes de retraite à prestations déterminées (RRPD) durement gagnés, il y a des dizaines d’années, par les travailleurs fédéraux.

À partir de 2014, avec l’aide du STTP, un groupe ad hoc de retraités issus de toutes les régions a amorcé une série de téléconférences pour mener à bien ce projet. Nous avons pu établir quelques grands dossiers :

    • l’obtention d’une motion visant à former une organisation nationale de retraités;
    • la menace de transformation du RRPD en régime à prestations cibles;
    • la nécessité d’appuyer le STTP dans ses négociations;
    • et l’envoi d’une demande de coordonnées, pour permettre la circulation d’une lettre d’information aux retraités.


Ce premier élan trouve sa source dans la découverte que le gouvernement Trudeau, alors fraîchement élu, avait l’intention d’enchâsser dans la loi l’attaque de Harper contre les retraites. En effet, le projet de loi C-27 allait imposer le modèle du régime de retraite à prestations cibles (RRPC) aux travailleurs des sociétés d’État et des entreprises privées sous réglementation fédérale. Ce type de régime est soumis aux fluctuations du marché.

Lors de son congrès de 2015, le STTP a adopté une résolution pour aider les retraités à s’organiser. Cette assistance était cruciale. Elle nous a permis, en plus de doter la toute jeune organisation d’un comité directeur intérimaire (dirigé par Jean-Claude Parrot), d’envoyer une lettre plaidant pour la création d’une organisation nationale de retraités et sollicitant l’adhésion à un prix modique. Cette lettre, rédigée et signée par le confrère Parrot et la vice-présidente intérimaire de l’ONTTRP Lynn Bue, a été envoyée en août 2016.

Elle a suscité des réactions gratifiantes. Au cours des mois suivants s’est constituée une solide base de membres. Ces membres ont adopté, à une très vaste majorité, des statuts, l’élection d’un comité et d’un conseil exécutifs nationaux, ainsi que l’enregistrement de l’ONTTRP à titre d’organisme à but non lucratif. L’organisme s’est rapidement affilié à l’Association des syndicalistes retraités du Canada (ASRC). Cette organisation des retraités du CTC se porte à la défense des régimes de retraite des travailleurs. L’engagement de l’ONTTRP à approfondir le soutien mutuel entre le STTP et elle est au cœur de nos activités depuis le début.

Au cours de cette période, l’ONTTRP a gagné en vigueur pour s’opposer au projet de loi C-27 et repousser les attaques contre les régimes de retraite à prestations déterminées. L’ONTTRP s’est joint à d’autres groupes de retraités qui partageaient nos inquiétudes dans ce dossier. Elle a joué un rôle de premier plan dans le dépôt d’une plainte pour conflit d’intérêts ciblant le parrain de ce projet de loi, le ministre des Finances Bill Morneau, susceptible de tirer d’importants bénéfices de sa mise en œuvre. Bien que ladite plainte n’ait pas été retenue pour des raisons « techniques », elle a réussi à retarder le cheminement du projet de loi C-27 au Parlement, où il est mort au feuilleton avec le déclenchement des élections fédérales.

Comme le soulignent nos bulletins d’information à nos membres, il est clair que la menace contenue dans le projet de loi C-27 ne s’est pas volatilisée. Nous devons poursuivre nos préparatifs en vue de défendre notre RRPD.

En se joignant à d’autres groupes de défense des régimes de retraite et des retraités, l’ONTTRP admet que la lutte pour protéger les régimes sûrs déjà en place est indissociable de la réalité des retraités dont le régime est inadéquat ou qui n’en ont pas. C’est pour cette raison que nous participons à la campagne « La sécurité de la retraite, maintenant ! ». Selon le confrère Parrot, la solution exige que « le gouvernement concentre ses énergies là-dessus, au lieu de s’en prendre aux régimes de retraite à prestations déterminées ».

C’est notre intérêt à tous.

 

NORPW-ONTTRP

Conseil exécutif national

Comité exécutif national

Président : Jean-Claude Parrot

Vice-présidente : Karen Kennedy

Secrétaire-trésorier : Evert Hoogers

Représentation régionale

Atlantique : Fred Furlong

Québec : Philippe Arbour

Montréal : Francis Benard

Ontario : Peter Whitaker

Sud de l’Ontario : Sue Scott-Mallett

Toronto : Larry Lukkarinen

Prairies : Mary Lussier

Pacifique : Micki McCune

Maintenant que vous êtes à la retraite, il y a trois façons d’appuyer le STTP et le mouvement syndical :

1. Devenez un « membre à la retraite », comme le prévoit le paragraphe 1.22 des statuts nationaux. Il vous suffit d’en faire la demande à la secrétaire-trésorière ou au secrétaire-trésorier de votre section locale. C’est simple et gratuit. Vous recevrez une carte de membre à la retraite, et vous continuerez de recevoir le journal Perspective.

2. Adhérez à l’Organisation nationale des travailleuses et travailleurs retraités des postes. L’Organisation donne une voix aux membres retraités et leur permet de contribuer à l’avenir de leur régime de retraite et de leurs avantages sociaux sans avoir à payer de cotisations syndicales. Pour y adhérer, il suffit de remplir le formulaire ci-joint, d’y joindre votre paiement et de le poster à l’adresse qui figure au bas du formulaire.

3. Adhérez au comité de membres à la retraite de votre section locale. En plus de vous tenir au courant de votre régime de retraite et de vos avantages sociaux, vous pourrez demeurer en contact avec d’autres membres retraités, exprimer vos préoccupations et partager vos connaissances, vos idées et votre expérience. Informez-vous auprès de votre section locale.

En plus de ce qui précède, des membres retraités d’autres syndicats ont mis sur pied des organisations qui se portent à la défense des régimes de retraite, des régimes d’assurance- médicaments et des services aux personnes âgées. L’Association des syndicalistes à la retraite du Canada (http://www.syndicalistesalaretraite.ca) est présente dans la plupart des provinces. Au Québec, il y a aussi le Regroupement des syndicalistes à la retraite, chapeauté par la FTQ (http://www.rsr- crftqmm.org).