Banque postale : les appuis s’accumulent

Share This

Jeudi 21 Avril 2016
2015-2019/92

Les villes de Toronto (Ontario), de Victoria (Colombie-Britannique) et de Wabana (Terre-Neuve-et-Labrador) ont récemment adopté une résolution qui appuie la mise sur pied d’une banque postale. À Toronto, la résolution dénonce aussi les prêteurs sur salaire.

Ces trois municipalités s’ajoutent aux 600 villes qui ont déjà adopté une résolution en ce sens dans le cadre de notre campagne « Sauvons Postes Canada » et de celle qui portait sur le Protocole
du service postal canadien
.

Vous pouvez consulter la liste complète des municipalités qui appuient la création d’une banque postale en vous rendant à l’adresse suivante :

http://www.sttp.ca/fr/campaign/resources/municipalités-et-organismes-connexes-ayant-adopté-une-résolution-d’appui-à-la

Un nombre croissant de particuliers et d’organismes se prononcent en faveur d’une banque postale. Voici quelques exemples :

 

La banque postale serait, à l’échelle nationale, une réelle solution de rechange aux prêteurs sur salaire, comme Money Mart et tous les autres prêteurs du genre, qui imposent des taux d’intérêts annuels pouvant atteindre 547 % en Ontario et 651 % dans d’autres provinces.

Donna Borden, représentante provinciale, ACORN Ontario

 

Le Canada a déjà eu sa propre banque postale, et il s’agissait d’un service public. Elle a fermé ses portes en 1968 pour que les banques commerciales puissent maximiser leurs profits. Les personnes âgées, surtout en milieu rural, sont nombreuses à ne plus trouver dans les banques les services dont elles ont besoin. Il est temps de corriger la situation et de fournir des services bancaires accessibles qui répondent aux besoins de l’ensemble de la population.

Herb John, président, Fédération nationale des retraités

 

Les banques ont presque toutes déserté les régions rurales de Terre-Neuve-et-Labrador, laissant à la population deux grandes options en matière de services bancaires : le matelas et le bas de laine. Nous avons besoin de services bancaires, et nous voulons que le gouvernement fédéral et Postes Canada rétablissent la banque postale. 

Gary Gosine, maire de Wabana, Bell Island, Terre-Neuve-et-Labrador

 

La banque postale offre une solution, car elle donne accès à des services bancaires accessibles et de qualité aux gens à faible revenu, aux populations rurales et aux communautés autochtones, et ce, tant en Colombie-Britannique que dans le reste du pays.

Ben Isitt, conseiller municipal, Victoria, Colombie-Britannique

Aujourd’hui, le Canada compte des millions de personnes qui ne sont desservies par aucune banque ni caisse populaire. La situation est plus flagrante dans les collectivités à faible revenu, que ce soit en milieu urbain ou rural, et dans les collectivités autochtones. Au pays, 45 % des collectivités rurales comptent un bureau de poste, mais aucune institution financière. Dans les villes, les gens se rabattent sur les prêteurs sur salaire et font face à des taux d’intérêt exorbitants. Au Canada, lorsqu’on a accès à une banque, il faut s’attendre à payer des frais bancaires qui figurent parmi les plus élevés au monde, et ce, pour une simple ouverture de compte! La banque postale offre une solution, comme le démontre l’exemple de la Suisse, de la France, de l’Italie et du Royaume-Uni. 

John Anderson, auteur, Pourquoi le Canada a besoin de services bancaires postaux et Le Canada rural ne reçoit pas suffisamment de services financiers : Pourquoi les bureaux de poste ont besoin d’offrir des services bancaires

Pour en apprendre davantage sur le sujet et pour nous aider à faire la promotion de la banque postale, rendez-vous à

www.postalbanking.ca/fr/campaign/banque-postale.

Solidarité,

Mike Palecek
Président national (2015-2019)