Les répercussions économiques de la grève et du lock-out à Postes Canada : Dommages économiques permanents ou contretemps temporaires?

Share This

Mardi 26 Juin 2012

Les répercussions économiques de la grève et du lock-out à Postes Canada : Dommages économiques permanents ou contretemps temporaires?Rapport préparé pour la 20e Conférence sur l’économie de la poste et de la livraison
tenue du 30 mai au 2 juin 2012, à Brighton (Royaume-Uni)

par Katherine Steinhoff et Geoff Bickerton
Syndicat des travailleurs et travailleuses des postes

Mai 2012

Le 2 juin 2011, après huit mois de négociations collectives, le Syndicat des travailleurs et travailleuses des postes (STTP) a entamé une série d’arrêts de travail dans différentes collectivités du pays. Le 14 juin, la Société canadienne des postes (Postes Canada) a mis en lock-out 48 000 travailleurs et travailleuses des postes, paralysant complètement le traitement et la livraison du courrier dans l’ensemble du pays. Peu de temps après l’imposition du lock-out, le gouvernement canadien a annoncé qu’il présenterait une loi de retour au travail parce que, selon lui, le conflit de travail causait des dommages économiques importants.

Il a fallu deux semaines environ au Parlement du Canada pour adopter la loi. Pendant ce temps, Postes Canada a maintenu son lock-out, privant de services postaux l’ensemble de la population. Il y a eu toutefois une exception : le 20 juin, à la grandeur du pays, les travailleurs et travailleuses des postes ont livré les chèques de pension et d’aide sociale, conformément à l’entente que le STTP avait, de sa propre initiative, négociée avec Postes Canada en mars 2011.

Quelles ont été les répercussions économiques des grèves tournantes et du lock-out? Quelles ont été les répercussions de la suspension des services postaux sur le bien-être financier de Postes Canada, le secteur de l’envoi postal, la population, les organisations de personnes âgées, les organismes ruraux et les multiples petites entreprises et organismes de bienfaisance qui disent dépendre du service postal? Quels sont les éléments de preuve, s’il y en a, qui appuient les nombreuses déclarations publiques de la direction de Postes Canada, d’hommes et de femmes politiques et du milieu des affaires selon lesquelles l’ampleur des répercussions de l’arrêt de travail justifiait de retirer aux travailleurs et travailleuses des postes leur droit de libre négociation collective?

Le présent rapport se penche sur ces questions.