Perspective STTP (septembre 2015)

Share This

Jeudi 10 Septembre 2015
Volume 43, numéro 1, septembre 2015

Perspective STTP (septembre 2015)Dehors, Harper!

Votons pour améliorer l’avenir des travailleuses et travailleurs

Les choses ne pourraient être plus claires : notre vote aux élections fédérales de 2015 décidera du sort qui sera réservé aux travailleuses et travailleurs de ce pays.

Voyons d'abord comment le gouvernement conservateur au pouvoir traite les travailleuses et travailleurs. Ses attaques contre nos droits et avantages sociaux, pourtant acquis de chaudes luttes, sont plus virulentes que jamais. Son bilan à cet égard est peu reluisant. Jugez-en par vous mêmes :

  • Les conservateurs ont eu recours à des lois de retour au travail plus souvent que tout autre gouvernement dans l'histoire du Canada. En 2011, le gouvernement fédéral s'est rangé du côté de Postes Canada en adoptant une loi de retour au travail qui a éliminé notre droit à la libre négociation collective, y compris notre droit de grève.

  • Le gouvernement conservateur a adopté le projet de loi C-525. Résultat : il est maintenant plus difficile de se syndiquer et plus facile de révoquer une accréditation syndicale.

  • Il a aussi adopté le projet de loi C-377, qui oblige les syndicats et leurs sections locales à présenter un rapport financier annuel détaillé qui sera affiché sur un site Web public. Cette nouvelle mesure législative est une attaque à peine voilée contre les syndicats. Elle incite les travailleuses et travailleurs à se plaindre de l'utilisation de leurs cotisations syndicales aux fins de certaines activités. Elle compromet aussi le système de retenue obligatoire des cotisations syndicales et la capacité financière des syndicats à protéger leurs membres.

  • Le gouvernement conservateur a bloqué l'expansion du Régime de pensions du Canada (RPC), même si les leaders politiques provinciaux et territoriaux, les spécialistes des régimes de retraite, les syndicats et les intervenants dans le domaine des pensions sont presque tous unanimes à dire que l'expansion du RPC est la façon la plus efficace, efficiente et abordable d'améliorer la sécurité de revenu des travailleuses et travailleurs retraités. Le gouvernement a récemment annoncé qu'il tiendra des consultations pour permettre les contributions individuelles volontaires au RPC. Il ne s'agit toutefois que d'une tentative cynique de sa part pour donner l'impression qu'il se préoccupe des revenus de retraite des travailleuses et travailleurs.

  • Le gouvernement conservateur a menacé de remplacer le régime de retraite à prestations déterminées, qui garantit un revenu de retraite prédéteminé,par un régime de retraite à prestations cibles beaucoup plus risqué puisque le revenu de retraite n'est pas garanti, mais fluctue en fonction de facteurs économiques.

  • Le gouvernement a veillé à l'expansion du Programme des travailleurs étrangers temporaires (PTET), qui a donné lieu au traitement abusif généralisé d'un grand nombre de travailleuses et travailleurs étrangers. Le gouvernement a été obligé d'apporter des correctifs au PTET, mais il n'a rien fait pour atténuer la précarité et la vulnérabilité des travailleuses et travailleurs migrants au Canada.

  • Les conservateurs de Stephen Harper ont aussi adopté des mesures qui rendent extrêmement difficile l'accès aux prestations d'assurance-emploi.

  • Ils ont éliminé des dizaines de milliers d'emplois dans la fonction publique.

  • Depuis que les conservateurs ont été portés au pouvoir en 2006, le taux de chômage chez les jeunes a augmenté. En mai dernier, le taux de chômage chez les jeunes de 15 à 24 ans avait atteint la barre épouvantable des 13,2 %. En fait, il serait beaucoup plus élevé s'il tenait compte des jeunes qui ont arrêté de chercher un emploi ou qui sont retournés aux études parce qu'ils n'arrivaient pas à trouver un emploi.

  • Le gouvernement fédéral a approuvé le plan en cinq points de Postes Canada, qui comprend la suppression de 6 000 à 8 000 emplois, l'élimination du service de livraison du courrier à domicile, d'importantes hausses des tarifs postaux, la réduction de la taille et du nombre de bureaux de poste publics et une réduction de leurs heures d'ouverture. En résumé, les conservateurs forment le gouvernement le plus antisyndical de l'histoire récente du pays.

Ce que fait le STTP

Le STTP est à l'avant plan de la lutte pour le maintien des services postaux et des emplois qui s'y rattachent. Dans le cadre de rassemblements, de réunions publiques, d'activités de porte-à-porte, de conférences et autres, le STTP discute avec des citoyennes et citoyens partout au pays des récentes compressions et de l'avenir du service postal public et de ses emplois. La population le dit : les suppressions de services et d'emplois à Postes Canada seront un enjeu électoral.

Le Syndicat avisera les membres de la position de chaque parti politique sur différents enjeux, notamment les réductions imposées au service postal, les services bancaires postaux, la privatisation et la déréglementation du service postal et le dossier de la garde d'enfants. Cette information sera affichée sur le site Web du STTP (www.sttp.ca) et sur les tableaux d'affichage dans les lieux de travail.

Assurez-vous d'aller voter aux prochaines élections et envisagez de vous porter volontaire pour aider la candidate ou le candidat de votre circonscription qui défend les intérêts des travailleuses et travailleurs. Le résultat des prochaines élections déterminera l'avenir des travailleuses et travailleurs des postes du Canada.

Fichier jointTaille
Perspective STTP (septembre 2015) (pdf)5.8 Mo