Fermeture de Foodora : réaction du STTP

Share This

Jeudi 30 Avril 2020
2019-2023/126

La décision de Foodora de quitter le Canada en pleine pandémie est un geste cruel de la part de cette société multinationale. Tout comme les travailleurs et travailleuses des postes, les livreurs et livreuses de Foodora fournissent un service essentiel en pleine crise sanitaire, et ce, malgré le fait que Foodora n’a pas daigné leur fournir de protocole de sécurité ni d’équipement de protection individuelle.

Depuis deux ans, les livreurs et livreuses de Foodora tentent de se syndiquer, et depuis près d’un an, ils mènent, avec le STTP, une campagne publique : Justice pour les livreurs et livreuses de Foodora. La campagne connaît un vif succès à bien des niveaux. Les employeurs de l’économie des petits boulots, partout dans le monde, sont interpelés sur la nécessité de traiter les travailleurs et travailleuses avec respect et équité.    

Le STTP n’entend pas laisser Foodora ni sa société-mère, Delivery Hero, s’en tirer aussi facilement. Les livreurs et livreuses tiennent mordicus à faire partie intégrante de cet effort mondial visant à établir les conditions de travail de l’économie des petits boulots.

 

Contexte

En mai 2019, le STTP a lancé la campagne Justice pour les livreurs et livreuses de Foodora, et en août 2019, il a déposé, auprès de la Commission des relations de travail de l’Ontario (CRTO), une demande d’accréditation syndicale pour représenter ces travailleurs et travailleuses à titre d’agent négociateur. Toujours en août 2019, la CRTO a tenu un vote auprès des livreurs et livreuses de Foodora.    

En février, la CRTO a statué que les livreurs et livreuses de Foodora étaient des entrepreneurs dépendants (et non des entrepreneurs indépendants, comme Foodora le soutenait). Le statut d’entrepreneur dépendant accorde le droit de se syndiquer. En inscrivant ses livreurs et livreuses dans la catégorie des entrepreneurs indépendants, Foodora s’est soustraite à ses responsabilités d’employeur, dont l’obligation, prévue par la loi, d’accorder des avantages sociaux et des congés de maladie aux travailleurs et travailleuses et de respecter leurs droits fondamentaux. En raison de certaines questions non réglées, les résultats du vote de représentation, tenu en août dernier, n’ont toujours pas été dévoilés.

 

Plainte de pratiques de travail déloyales

Le 29 avril, le STTP a déposé une plainte de pratiques de travail déloyales auprès de la CRTO. En effet, la fermeture d’une entreprise pour faire échec à une campagne de syndicalisation contrevient à la Loi sur les relations de travail de l’Ontario

Delivery Hero, la société-mère de Foodora, vient tout juste d’annoncer que son chiffre d’affaires du premier trimestre de cette année a presque doublé par rapport à celui de l’année dernière. Le confinement a fait exploser la demande partout dans le monde. Il est pour le moins bizarre que Foodora Canada ait choisi ce moment pour annoncer sa fermeture pour cause de revenus insuffisants. 

 

Que font les livreurs et livreuses de Foodora?

Les livreurs et livreuses des Foodora se mobilisent pour trouver une façon de s’entraider afin de traverser la crise ensemble. L’expérience tirée de la campagne Justice pour les livreurs et livreuses de Foodora est en train de se déployer.   

La façon dont ces travailleurs et travailleuses mènent leur campagne de syndicalisation montre à quel point ils sont animés par de profondes valeurs syndicales. Saluons leur détermination et inspirons-nous des batailles qu’ils ont remportées jusqu’à présent!   

Fonds de secours : Les livreurs et livreuses de Foodora ont reçu un préavis de deux semaines de leur employeur, en pleine pandémie. Nous faisons appel à votre générosité et à votre solidarité envers ces travailleurs et travailleuses. Faites un don : fundrazr.com/FoodstersUnited    

 

  • Envoyez vos messages ou vidéos de solidarité à info@foodstersunited.ca   
    Utilisez @FoodstersUnited sur Twitter, et @UnitedFoodsters sur Instagram.
    Mot-clic : #justice4couriers  
  • Aide financière : Exigeons que la PCU soit versée à tous ceux et celles qui en ont besoin.   
  • Exigeons des provinces et du fédéral qu’ils adoptent la législation qui s’impose pour encadrer l’économie des petits boulots.  

Actions et coordonnées : https://foodstersunited.ca  

 

Solidarité,

Jean-Philippe Grenier
3e vice-président national