Le point sur les négociations collectives des unités du secteur privé

Share This

Jeudi 13 Septembre 2018
2015-2019/412

Pendant que l’unité de l’exploitation postale urbaine et celle des FFRS négocient le renouvellement de leur convention collective respective, certains de nos confrères et consœurs essaient d’obtenir une première convention collective ou des gains dans le cadre de la même lutte et au sein du même secteur d’activités que les membres des unités urbaines et rurales.

Jetons un coup d’œil sur l’état des négociations collectives menées par certaines de nos unités du secteur privé.


En quoi consistent les unités de négociation du secteur privé?

Postes Canada est l’employeur direct de la majorité des membres du STTP. Toutefois, de nombreux travailleurs et travailleuses des postes ne sont pas employés de Postes Canada. Notre force dépend pourtant de la leur, et leur force, de la nôtre. Parce qu’elle consiste à confier du travail au plus bas soumissionnaire, la sous-traitance donne lieu à une baisse des salaires et des avantages sociaux de l’ensemble des travailleuses et travailleurs des postes, ce qui affaiblit notre pouvoir de négociation. C’est notamment ce qui se produit dans le cas des services urbains fusionnés (SUF). Pour contrer cette tactique de l’employeur, nous pouvons syndiquer les employées et employés des entreprises qui effectuent du travail postal en sous‑traitance.

Par ailleurs, des entreprises de messagerie et de livraison le jour même, ainsi que d’autres entreprises de services logistiques, exploitent leurs travailleuses et travailleurs en leur attribuant à tort le statut d’« entrepreneurs indépendants » et en les privant ainsi de cotisations au Régime de pensions du Canada ou à la Régie des rentes du Québec, d’indemnisation en cas d’accident du travail, d’assurance-emploi, etc. La syndicalisation du secteur des messageries, entre autres, permet à un nombre accru de travailleuses et travailleurs de défendre leurs droits et d’obtenir les salaires et les conditions de travail que nous méritons tous. Au bout du compte, la syndicalisation concerne l’ensemble des travailleuses et travailleurs des postes. Comme le dit le dicton : La marée montante soulève tous les bateaux.

TForce Final Mile

TForce Final Mile (anciennement Dynamex) offre des services de messagerie le jour même où le lendemain. Nous représentons des travailleuses et travailleurs de TForce regroupés au sein de cinq unités de négociation. Dans le cadre de la présente ronde de négociation, nous avons essayé d’amener l’employeur à négocier pour les six unités en même temps, comme si elles n’en formaient qu’une seule. TForce a refusé, mais les discussions ont commencé et nous parvenons à réaliser des progrès malgré tout.

 

Accréditations récentes : Medical Carriers Ltd et SCFP 1281

Les membres qui travaillent pour l’entreprise Medical Carriers livrent des fournitures et des documents médicaux à Winnipeg. Ils se sont joints au STTP cette année, ont adopté un programme de revendications le printemps dernier et négocient actuellement avec leur employeur.     

Le personnel de la section locale 1281 du SCFP s’est joint au STTP cette année et essaie actuellement de négocier une première convention collective.

Ces membres assurent une représentation syndicale à plus d’une quarantaine d’unités de négociation composées surtout d’employées et employés d’associations étudiantes, de la Fédération canadienne des étudiantes et étudiants et de la Guilde canadienne des médias.

 

Pro-Ex

Après environ neuf mois de tactiques dilatoires de la part de Pro-Ex, sous-traitant des SUF de Postes Canada dans les provinces de l’Atlantique, les travailleuses et travailleurs de l’entreprise ont été obligés de recourir à la médiation et à la conciliation pour amener l’employeur à négocier. En février, les membres de l’unité de négociation ont ratifié leur deuxième convention collective.

 

Nor-Pel

Nor-Pel est un autre sous-traitant des SUF. Le STTP représente les travailleuses et travailleurs de Nor-Pel à trois endroits en Nouvelle-Écosse et au Nouveau-Brunswick. Le Syndicat avait tout d’abord demandé de négocier en même temps au nom de l’ensemble de ses membres qui travaillent pour l’entreprise, mais celle-ci a refusé. Les membres ont été obligés d’aller jusqu’au bout cet été. Il a fallu deux mandats de grève et une grève de deux jours pour que l’employeur daigne enfin s’asseoir à la table de négociation.

Après plusieurs jours de discussion, l’employeur a présenté une offre aux membres. Dans le cadre d’un vote tenu aux termes du paragraphe 108.1 du Code canadien du travail, les membres ont ratifié l’offre patronale.

Le STTP représente aussi les travailleuses et travailleurs de Nor-Pel à Thunder Bay. Ils négocient actuellement avec l’aide d’un conciliateur. Grâce aux pressions que nous avons exercées, des réunions ont été fixées à la fin du mois de septembre pour négocier avec Nor-Pel au nom des membres de cette unité de négociation.

 

Eazy Express

Eazy Express est un entrepreneur des SUF à Burlington (Ontario). Pendant longtemps, l’entreprise a refusé de négocier. Les parties ont toutefois échangé des textes contractuels récemment dans l’espoir de conclure une première convention collective.

 

Un soutien mutuel

Ensemble, nous pouvons obtenir de meilleures conditions de travail pour l’ensemble des travailleuses et travailleurs du secteur de la poste et de la logistique. Partout dans le monde, les syndicats des postes travaillent pour accroître le taux de syndicalisation et améliorer les normes du travail dans ce secteur d’activités.

Il n’est pas facile de syndiquer de nouveaux travailleurs et travailleuses, mais au moyen de la syndicalisation nous pouvons consolider notre force et montrer aux employeurs, y compris Postes Canada, que nous ne leur permettrons pas de mettre les travailleurs et travailleuses en compétition les uns contre les autres afin de nous priver de nos droits et de conditions de travail équitables. Plus grande sera notre solidarité, plus grande sera notre capacité à obtenir des gains pour nous tous.

Si vous faites partie d’une des unités du secteur privé actuellement en négociation, sachez que vous pouvez compter sur l’appui de l’ensemble des 50 000 membres du STTP. Si vous ne faites pas partie de l’une de ces unités, n’oubliez pas que la solidarité s’exprime dans les deux sens, et appuyez tous les membres du STTP qui sont en négociation. Vous pouvez communiquer des messages de soutien à tous les comités de négociation en envoyant un courriel à commentaires@cupw-sttp.org.

 

Solidarité,

George Floresco
3e vice-president national