Le STTP met en doute la prétendue quantité de courrier accumulé

Share This

Mercredi 21 Novembre 2018

Il se réjouit du retour à la médiation, mais sent ses efforts minés par les tactiques du gouvernement

 

Pour diffusion immédiate

Ottawa – Aujourd’hui, les membres du Syndicat des travailleurs et travailleuses des postes (STTP) qui rentrent au travail découvrent que la quantité de courrier accumulé a été grandement exagérée. La section locale de Toronto du STTP signale qu’il n’y a pas des centaines de remorques de courrier accumulé, comme l’a mentionné Postes Canada, mais plutôt environ soixante‑dix, qui pourront probablement être vidées en quelques jours. Les travailleurs et travailleuses des postes ont vu une remorque à London, six à Hamilton, deux à Halifax et 15 à Moncton. Ils n’en ont vu aucune à Saint John et à St. John’s.

« Comment ce courrier a‑t‑il pu disparaître du jour au lendemain? », demande Mike Palecek, président national du STTP. « Nous sommes convaincus que Postes Canada a inventé une crise juste pour que le gouvernement intervienne. Si c’est le cas, c’est un grave problème, qui ne fera qu’empoisonner davantage le milieu de travail et les relations de travail pendant de nombreuses années. »

Hier soir, Mme Patty Hajdu, ministre du Travail, a de nouveau confié à M. Morton Mitchnick, médiateur spécial, le mandat de faciliter les négociations entre le Syndicat des travailleurs et travailleuses des postes et Postes Canada. Parallèlement, le gouvernement a annoncé qu’il allait adopter une loi de retour au travail si aucune entente n’était conclue dans les prochains jours.

Le STTP est à la fois heureux de pouvoir à nouveau compter sur l’aide de M. Mitchnick, mais très préoccupé par les tactiques du gouvernement. « Notre comité de négociation fera de son mieux pour parvenir à une entente. Malheureusement, par son annonce, le gouvernement nous coupe l’herbe sous le pied », ajoute M. Palecek.

« Postes Canada a encore quelques jours pour négocier de bonne foi. Les conservateurs nous ont privés de notre droit à la libre négociation collective en 2011. Nous espérons ne pas revivre la même expérience. »

 

-30-

Renseignements : 

Service des communications du STTP, 613-882-2742 ou media@cupw-sttp.org (anglais)

Lise-Lyne Gélineau, présidente, section locale de Montréal du STTP, 514-914-0350 ou lise-lyne.gelineau@sttpmtl.com (français)