Les négociations ne visent pas uniquement à défendre nos intérêts. Elles visent aussi à maintenir des services publics dans les collectivités.

Share This

Mercredi 20 Avril 2016

Au cœur de notre lutte contre la haute direction de Postes Canada, nommée par le gouvernement Harper, des idées contradictoires s’affrontent pour définir la mission du service postal public. La présente ronde de négociations comporte beaucoup d’éléments en jeu, et l’issue aura des conséquences non seulement sur les travailleurs et travailleuses des postes, mais aussi sur nos proches, notre entourage et la société.  

communauté

Le PDG, Deepak Chopra, et les autres membres de la haute direction tentent de démanteler le service postal public. Les colis et les envois sans adresse représentent leur seul point d’intérêt. Ils refusent toute création de nouveaux services. En fait, tout ce que veut l’employeur, c’est de supprimer, de la convention collective, l’annexe « T », le mécanisme même qui permet de mettre à l’essai des idées novatrices.   

La haute direction a l’intention de réaliser des économies de l’ordre de centaines de millions de dollars en réduisant les coûts de main-d’œuvre. Les mesures qu’elle devra prendre pour y parvenir auront des conséquences sur les travailleurs et travailleuses des postes et les collectivités, mais cela lui importe peu. Elle croyait pouvoir économiser des milliards de dollars par année en supprimant la livraison à domicile du courrier, et ce, contre la volonté de la population. Toutefois, depuis que le gouvernement Trudeau a mis un frein au programme de compressions, la haute direction tente de s’en prendre à nos salaires, à nos avantages sociaux et à notre régime de retraite.

Deepak Chopra

Nous fournissons de bons services à la population, et nous tenons à lui en fournir davantage. En tant que service public relevant du gouvernement fédéral, Postes Canada est présente dans chaque collectivité du pays. Au Canada, nous le savons, les succursales bancaires font cruellement défaut, et les frais bancaires qu’on nous impose figurent parmi les plus élevés au monde. Ailleurs dans le monde, des administrations postales se sont dotées d’une banque postale. Au lieu de réduire sa gamme de services, Postes Canada se doit d’étudier la possibilité de l’étendre.

N’ayez pas peur de dire que les négociations des travailleurs et travailleuses des postes portent non seulement sur le maintien de bons emplois, mais aussi sur les services publics qui répondent aux besoins des collectivités. 

Paris post office with postal bank branch