Notre syndicat livrera les chèques de pension et d’aide sociale et veillera à la sécurité des animaux vivants

Partager

Mardi 14 Juin 2016
2015-2019/116

Le service postal public livre les chèques gouvernementaux qui sont un élément clé du filet de sécurité social. Nous ne voulons pas que les retraités et les personnes à faible revenu subissent les contrecoups d’un conflit de travail, si le Syndicat est mis en lock-out ou est obligé de recourir à la grève. Après tout, c’est Postes Canada que le STTP cible et non les membres les plus vulnérables de la société. Votre syndicat veut aussi éviter, s’il devait y avoir un arrêt de travail, que les animaux vivants restent coincés dans le système postal, comme ce fut le cas en 2011.

Par conséquent, le STTP a négocié deux ententes avec Postes Canada. En cas de lock-out ou de grève, ces ententes prévoient la livraison de la plupart des chèques gouvernementaux, ainsi que des mesures destinées à assurer la sécurité des animaux vivants. L’une s’applique aux factrices et facteurs ruraux et suburbains (FFRS), l’autre aux employées et employés de l’unité urbaine.

Ces ententes sont très semblables à celles conclues en 1997 et en 2011, et à celle négociée en 2003, mais qui n’a pas servi. Les dispositions relatives aux animaux sont toutefois nouvelles.

 

Éléments clés des ententes 

En cas de lock-out ou de grève : 

  • Il y aura tout au plus deux journées nationales de livraison par mois. 
  • Les sections locales recruteront les membres qui se porteront volontaires pour effectuer le travail selon les besoins. 
  • Tout comme en 1997 et en 2011, les membres volontaires recevront des honoraires de 50 $. Selon nos conseillers juridiques, il importe que les volontaires soient rémunérés; de cette manière, ils seront protégés s’ils devaient déposer une demande d’indemnisation à la suite d’un accident du travail. 

Les membres qui se portent volontaires pour trier et livrer les chèques durant un lock-out ou une grève pourront faire valoir ces journées de travail aux fins de l’admissibilité à l’allocation de secours.

Si jamais il devait y avoir un lock-out ou une grève et que les protocoles d’entente s’appliquent, les membres volontaires voudront peut-être envisager de faire don de leurs honoraires à un organisme de charité. Le STTP accepte de fournir des services durant un arrêt de travail, mais il ne le fait pas pour l’argent.

 

Solidarité,

Mike Palecek
Président national