Postes Canada : Finis les scénarios alarmistes – place à la croissance

Partager

Vendredi 4 Mai 2018
2015-2019/355

Postes Canada a publié hier son Rapport annuel de 2017, qui confirme la position que nous soutenons depuis bien des années : il n’existe pas de crise financière à Postes Canada, les occasions de croissance ne manquent pas, et la viabilité du service passera par l’expansion et l’innovation.

Secteurs de croissance

Le secteur Postes Canada a réalisé des profits de 74 millions de dollars avant impôt, sur des revenus de 6,4 milliards de dollars – des revenus générés par votre travail. Cette réussite découle principalement d’une augmentation des revenus générés par les colis, dont la croissance a augmenté plus vite que le déclin de la poste-lettres en 2017. Ces revenus dépassent maintenant deux milliards de dollars. Les revenus tirés de la poste-lettres représentent maintenant moins de la moitié des revenus de Postes Canada.  En 2016, les revenus tirés des colis ont augmenté plus vite que le déclin des revenus tirés de la poste-lettres au cours d’un semestre.  Cette situation vaut maintenant pour toute l’année, ce qui est prometteur. Or, c’est une tendance à laquelle nous devrons nous adapter afin de régler les problèmes de surcharge et d’assurer des réorganisations d’itinéraires adéquates et une dotation en effectifs internes appropriée.

Position relative au régime de retraite

Pour la première fois depuis un bon bout de temps, le communiqué de la SCP au sujet du rapport de 2017 est muet au sujet du solde du fonds de pension. C’est peut-être parce qu’il ne s’agit que de bonnes nouvelles : la situation du régime de retraite de Postes Canada s’est améliorée tant sur le plan de la continuité que de la solvabilité – soit de 64 % sur le plan de la continuité du régime.

Entre-temps, la Société continue d’être dispensée d’effectuer des paiements spéciaux au régime de retraite. Nous tenons donc ferme à notre position qu’elle ne peut se servir de cette menace comme excuse pour s’attaquer à notre régime de retraite et à nos avantages sociaux, gains que nous avons obtenus de chaude lutte.

 

Haute direction de Postes Canada

Nous espérons que ce rapport annuel, ainsi que les nouvelles nominations d’aujourd’hui au sein du conseil d’administration de la SCP, indiquent un changement d’orientation à tous les paliers de la direction. Bon nombre des cadres supérieurs et des négociateurs de l’ère Harper, qui ont décidé les coupures de services effectuées en 2013, sont encore à la Société aujourd’hui. Or, leur vision d’un avenir fondé sur une philosophie de compressions s’est avérée complètement erronée, comme en témoigne le rendement récent de la Société.

Nous continuerons à prôner une nouvelle vision et un changement de culture à Postes Canada qui pourraient nous aider à résoudre plusieurs enjeux clés, tels que la surcharge de travail, les mauvaises réorganisations d’itinéraires, le harcèlement et l’intimidation au travail de la part des cadres, ainsi que les émissions de carbone et leur incidence sur l’environnement.

Ce que cela veut dire pour les négociations

Ces bons résultats encourageront nos négociatrices et négociateurs à négocier notre juste part des revenus du service postal. Ils ne feront qu’augmenter notre détermination à trouver des solutions aux problèmes émergents du lieu de travail qui découlent en partie de l’augmentation des volumes. Dans l’intervalle, nous prônons le genre d’innovation et d’expansion dont le gouvernement fédéral et la nouvelle PDG de la SCP parlent maintenant de façon positive.

Encore une fois, nous voyons que le service postal est aussi viable et estimé qu’il ne l’a jamais été, et c’est grâce à votre travail. Notre défi sera de veiller à ce que nos lieux de travail deviennent sûrs et équitables dans la foulée de ces changements. Manifestez votre appui!

 

Solidarité,

Mike Palecek
Président national