Que se passe-t-il en palestine? Les 70 ans de la nakba - la catastrophe

Partager

Lundi 14 Mai 2018
2015-2019/356

Depuis le 30 mars dernier, tous les vendredis, les médias parlent des événements qui se déroulent au Mur entre Gaza et Israël, des morts, des blessés et des violations des droits de la personne. Et chacune et chacun d’entre nous se demande pourquoi.

 

LES FAITS

Pour bien comprendre les événements des dernières semaines, il faut retourner aux sources et analyser les faits. Que s’est-il vraiment passé en 1948 en Palestine? Voici ce que l’histoire nous dit :

La NAKBA commence le lendemain même du 29 novembre 1947, lors de la division par les Nations Unies de la Palestine en deux parties : la première pour créer un pays pour les Juifs (56 % de la Palestine historique); la deuxième, pour créer un pays pour les Palestiniens (44 %). Pendant toute l’année 1948, les milices armées juives, suivant un plan remontant au moins à 1936, chassent les Palestiniens habitant sur leur territoire. Plus de 750 000 Palestiniennes et Palestiniens sont jetés sur les routes et deviennent des réfugiés, et 531 villages ou quartiers sont rasés. Les mêmes milices commencent aussi à conquérir par les armes les territoires que les Nations Unies ont destinés à la création d’un pays pour les Palestiniens, si bien qu’en un an, il ne leur reste plus que 22 % de la Palestine historique. Et la création de l’État d’Israël est proclamée le 15 mai 1948.

Le 11 décembre suivant, les Nations Unies votent la résolution 194 reconnaissant Israël, à condition que les Palestiniennes et les Palestiniens puissent rentrer chez eux ou soient justement dédommagés. Ce « droit au retour » est confirmé plus de 110 fois par les Nations Unies, mais il est toujours rejeté par Israël.

 

« LA GRANDE MARCHE DU RETOUR »

C’est dans ce contexte qu’il faut comprendre les actions qui se déroulent actuellement à Gaza. Une situation qui a été exacerbée par la décision de Donald Trump de déménager l’ambassade américaine de Tel Aviv à Jérusalem. La Grande marche du retour, comme on l’appelle maintenant, vise à dénoncer les 70 années d’occupation et de colonisation de la Palestine par l’État israélien, mais aussi les 70 années de résistance du peuple palestinien, qui demande seulement le respect des résolutions votées par les Nations Unies, à savoir le droit au retour.

 

NOUS DEVONS AGIR

C’est pourquoi, comme travailleuses et travailleurs, et comme citoyennes et citoyens, nous ne pouvons rester indifférents. C’est pourquoi le STTP appuie la campagne internationale de boycott, désinvestissement et sanctions à l’égard de l’État d’Israël (BDS), qui sera menée jusqu’à ce qu’il respecte le droit international et les droits inaliénables du peuple palestinien, entre autres, le retrait des terres occupées, la fin du blocus de Gaza, la destruction du Mur, l’égalité entre toutes les citoyennes et tous les citoyens ainsi que le retour des réfugiés et réfugiées.

 

Solidarité,

Dave Bleakney
2nd National Vice-President