Historique du Fonds

Share This

Fonds de garde d’enfants du STTP
Un enfant joue avec une petite voiture au milieu d'autres enfants.

Voici les avancées majeures du Fonds de garde d'enfants : Au début des années 1980, les femmes membres du STTP font pression pour que la garde d'enfants soit un dossier prioritaire du Syndicat. Dans les années 1990, le Syndicat obtient le contrôle du Fonds de garde d'enfants. Par la suite, le Syndicat met sur pied des programmes, dont certains seront primés.

 

Années 1980

1980

Les femmes membres du STTP font pression pour que la garde d'enfants soit un dossier prioritaire du Syndicat. Cette même année, la garde d'enfants s'inscrit dans le débat du congrès national sur les enjeux touchant les femmes.

1983

Le Syndicat adopte dans ses statuts nationaux deux politiques sur la garde d'enfants :

  • Opposition aux réductions des services de garde et appui à la notion de services de garde universels et gratuits 24 heures sur 24, sous la responsabilité du gouvernement (politique D-12)
  • Opposition à tout service de garde à but lucratif (D-13)

De 1984 à 1987

Le Syndicat inscrit pour la première fois les services de garde d'enfants à son programme de revendications. En 1987, il présente une revendication détaillée en vue d'obtenir des services de garde payés par l'employeur. La décision du médiateur-arbitre ordonne notamment la tenue d'une étude commune sur la garde d'enfants.

1989

L'étude commune révèle que les membres du STTP éprouvent des difficultés de toutes sortes en matière de garde d'enfants, notamment lorsqu'il s'agit :

  • de trouver une solution de rechange en cas d'urgence;   
  • de s'occuper de leur enfant s'il est malade;
  • de trouver des services de garde à prix abordable;
  • de trouver des services réguliers pendant les quarts de soir et de nuit.

Années 1990

1991

Le Syndicat obtient la création du Fonds de garde d'enfants, administré conjointement avec l'employeur (annexe « L ») et plafonné à 2 millions $. L'employeur y verse 200 000 $ tous les trois mois. Le Fonds sert à fournir des services de garde destinés aux travailleurs et travailleuses des postes, à mettre sur pied des programmes d'information sur la garde d'enfants, à effectuer des évaluations des besoins et des travaux de recherche. Toutefois, le texte de l'annexe « L » prévoit une restriction : le Fonds ne peut pas servir à prôner de meilleures politiques gouvernementales en matière de garde d'enfants.

1994

Après plus de 25 réunions avec l'employeur, et le Fonds à peine entamé, c'est l'impasse. Vexé par le piétinement de Postes Canada, le Comité national des femmes du STTP entreprend les démarches nécessaires pour que le Syndicat revendique l'administration et le contrôle complet du Fonds.

1995

Le STTP obtient le contrôle complet du Fonds.

De 1995 à 2000

Le Syndicat met sur pied 11 programmes communautaires de garde d'enfants qui fournissent des services de qualité aux travailleurs et travailleuses des postes.

1996

Grâce au Fonds de garde d'enfants, le Syndicat parraine l'étude Dans notre chemin, qui porte sur les difficultés que le travail pose aux parents d'enfants ayant des besoins spéciaux. Il s'agit de la première étude du genre au pays. Elle recommande que le STTP mette sur pied un projet pilote pour ses membres qui ont un enfant ayant des besoins spéciaux.

 

Le Syndicat produit aussi la vidéo intitulée Ce n'est pas un jeu d'enfants, qui comporte des segments sur les familles qui comptent des enfants ayant des besoins spéciaux. Le guide de discussion qui accompagne la vidéo traite du stress et des problèmes en milieu de travail que vivent les membres qui ont un enfant ayant des besoins spéciaux.

 

À l'été de 1996, le Syndicat lance le projet pilote Besoins spéciaux, conçu en collaboration avec le groupe Trait d'union : le réseau national de l'intégration en services de garde. En tout, 105 membres y participent. À l'automne, le projet pilote devient un programme permanent, offert à longueur d'année et destiné à réduire le stress financier, psychologique et physique des membres du STTP qui ont un enfant ayant des besoins spéciaux.

1997

Le STTP offre pour la toute première fois, à Port Elgin, un cours de cinq jours intitulé La garde d'enfants : ça presse! Ce cours présente un volet sur les enfants ayant des besoins spéciaux. Un grand nombre de participantes et participants sont des parents qui ont recours au programme Besoins spéciaux. Le cours permet aux parents d'enfants ayant des besoins spéciaux et aux autres parents de mieux se comprendre et d'établir des liens.

1999

Le STTP réalise la vidéo intitulée La clé des services de qualité, qui décrit trois des programmes du Syndicat liés à la garde d'enfants, y compris le programme Besoins spéciaux.

Années 2000

2000

Le STTP et le SEPC-AFPC signent une entente qui accorde aux membres du SEPC l'accès aux programmes de garde d'enfants du STTP. De 2000 à 2002, le Syndicat des employés des postes et communications (SEPC) et l'Alliance de la fonction publique du Canada (AFPC) négocient avec succès l'établissement d'un fonds de garde d'enfants correspondant à 10 % du Fonds de garde d'enfants du STTP et devant être administré par le STTP.

 

Le STTP produit une trousse éducative comprenant une affiche et un questionnaire sur les difficultés que vivent les travailleurs et travailleuses qui ont un enfant ayant des besoins spéciaux. La trousse est destinée aux sections locales.

2002

La Maison de la famille, organisme à but non lucratif financé par le gouvernement fédéral, est chargée d'administrer le programme Besoins spéciaux. Trois personnes assurent la gestion des activités quotidiennes du programme, à partir du bureau de l'organisme, situé à Baddeck, en Nouvelle-Écosse.

 

Le Syndicat publie et distribue à grande échelle le livre intitulé Un défi de taille : concilier travail, famille et enfants ayant des besoins spéciaux. Ce livre présente des témoignages de membres du STTP qui participent au programme Besoins spéciaux.

 

Le STTP reçoit l'un des prix ISO familles 2002-2003, décernés par le Conseil du statut de la femme du gouvernement du Québec. Ce prix récompense les efforts déployés par le Syndicat pour aider les parents, grâce au Fonds de garde d'enfants, à concilier leurs responsabilités familiales et professionnelles.

2003

Dans le cadre des négociations collectives entre le STTP et Postes Canada, l'employeur convient de porter à 250 000 $ sa contribution au Fonds à partir d'avril 2003.

 

Le Syndicat réalise deux autres gains. Il négocie l'inclusion des membres qui ont à leur charge un enfant d'âge adulte ayant des limitations fonctionnelles et celle des membres qui sont les principaux responsables du soutien financier de leurs petits-enfants, lorsque ces derniers habitent avec eux.

 

Le programme Besoins spéciaux reçoit le prix Rosemarie-Popham, qui est décerné par Services à la famille Canada pour souligner les contributions exceptionnelles à la défense des droits et à l'élaboration de politiques sociales au nom des enfants et des parents.

 

Les factrices et facteurs ruraux et suburbains (FFRS) ratifient leur première convention collective. Elle contient des dispositions leur permettant de participer aux programmes du Fonds de garde d'enfants et prévoit un versement ponctuel de 200 000 $ au Fonds.

2005

Le Syndicat lance le programme Aller de l'avant, qui fournit de l'information, des ressources et une aide financière aux membres qui ont à leur charge un enfant d'âge adulte (19 ans ou plus) ayant des besoins spéciaux.

 

Le Syndicat produit l'affiche intitulée Pour franchir les barrières, qui porte sur les programmes Besoins spéciaux et Aller de l'avant. Cette affiche remporte un prix de l'Association canadienne de la presse syndicale (ACPS).

2007

Dorénavant, les sommes versées dans le Fonds augmenteront en fonction du coût de la vie. Le Fonds pourra ainsi continuer de croître et de répondre aux besoins des membres. En 2010, Postes Canada y versera 324 000 $ par trimestre.  

 

Le programme Besoins spéciaux existe depuis plus de 10 ans.

Années 2010

2010

Le STTP présente une revendication de mise sur pied d'un fonds de garde d'enfants à l'intention des membres FFRS. Un arbitre ordonne que 65 000 $ soient versés chaque trimestre au Fonds de garde d'enfants, en plus des autres versements prévus. Il stipule aussi qu'aucun plafond ne doit limiter le total des sommes pouvant être accumulées dans le Fonds.

De 2010 à 2016

Le STTP met sur pied et soutient plusieurs programmes de services de garde communautaires. Il continue de sensibiliser les membres au dossier de la garde d'enfants.

Contenu récent